Tout sur le "batch cooking"


«Qu’est-ce qu’on mange ce soir?», Chaque soir, cette fameuse phrase entraîne de longs débats au sein d’un grand nombre de foyers. Eh oui, parfois, faute d’avoir anticipé le repas, la tentation de commander des pizzas ou autres plats préparés prendra le pas sur le reste. Face à ce constat, le batch cooking est la solution à adopter ! Ok, mais… de quoi parle-t-on ?

Le batchcooking se traduit en français par « cuisiner en lots ». Il s’agit tout simplement de l’art d’anticiper les repas de la semaine en cuisinant le week-end. L’essayer c’est l’adopter! Cette technique consiste donc à anticiper et préparer plusieurs ingrédients et/ou plats pendant le week-end pour gagner du temps durant la semaine. Cela est très efficace et possède de nombreux avantages. Je précise que tout le monde peut s’y mettre, pas besoin d’être à la tête d’une famille de 5 enfants ou d’être un ancien candidat de Top-Chef. Il faudra simplement un peu d’organisation et de motivation :)

Et là, vous vous dites… Elle est bien gentille mais je n’ai pas l’intention de passer mon week-end derrière les fourneaux. Rassurez-vous, moi non plus et ce n’est clairement pas le but de cette technique! En réalité, l’objectif n’est pas d’absolument tout préparer à l’avance mais simplement de faire ce qui est le plus chronophage comme l’épluchage et la découpe des légumes ou encore la cuisson des légumineuses/céréales. Les «finitions» se feront au cours de la semaine avant de passer à table.

Comment s’organiser

Afin de ne pas se laisser déborder devant les fourneaux, il est nécessaire de s'organiser à l'avance afin que tout soit prêt. Anticiper est le maître mot : sélectionner un plat pour chaque soir du lundi au vendredi. Bien évidemment, il faudrait tenir compte des saisons le plus possible et des goûts de chacun. Justement, n'hésitez pas à faire participer toute la famille à l'élaboration des menus. Afin d’être le plus efficace possible, il est judicieux de classer les recettes en catégories afin de pouvoir les réutiliser au fil des semaines tout en les adaptant aux saisons : salades, légumes, poissons, viandes, salades, plats végétariens, soupes etc. Puis, en fonction de vos choix, il faudra effectuer la liste des courses. Celle-ci a plusieurs avantages : tout d’abord, elle vous permet évidemment de ne rien oublier mais aussi d’aller à l’essentiel et donc de gagner du temps en magasin ou chez le primeur et enfin elle permet de n’acheter que ce dont vous avez besoin. Cela réduira les risques d’acheter tout ce qui vous tombe sous la main, bien souvent des produits tout préparés, onéreux et de faible qualité.

Une autre chose indispensable qui peut passer à la trappe est le fait d’avoir suffisamment de contenants pour toutes les préparations. Si vous devez en acheter, privilégiez les contenants en verre (cela est de plus en plus facile à trouver) afin de limiter votre consommation de plastique et d’éviter les nanoparticules et de préférence de forme carrée ou rectangulaire afin de les stocker facilement dans le réfrigérateur. Pas bête la guêpe :)

Une fois tout ceci fait, il faudra s’y mettre. Oui…mais pas n’importe quand ! Choisissez un jour de la semaine où vous pouvez passer 1h30-2h en cuisine. Vous allez prendre du temps mais pour en gagner par la suite. Afin de préserver les qualités nutritionnelles des aliments, l’idéal serait de cuisiner le lendemain des courses voire le surlendemain notamment pour pouvoir faire tremper les légumineuses suffisamment.

Pour bien vous organiser et gagner du temps, il vaut mieux procéder tâche par tâche : commencer par les cuissons des légumes peu importe pour quel plat ils serviront… Pendant que vous préparez les légumes, lancez la cuisson de céréales complètes ou des légumineuses.

Quelques règles d’hygiène à respecter

Cette organisation va clairement vous faciliter la vie. En revanche, certains produits tels que les viandes crues ou hachées ne sont pas adaptés à la conservation. Pour le poisson, de même, évitez de consommer le poisson cru s’il n’est pas frais. Ces aliments ne devront être cuisinés à l’avance hormis s’ils sont consommés les tout premiers jours de la semaine. Concernant les légumes, évidemment cela dépend de la saison, mais sachez que les légumes à feuilles sont les plus fragiles.

Malgré toutes ces mesures de précaution, n’oubliez jamais de faire confiance à votre instinct : si un produit vous semble non comestible à la vue, à l’odeur ou au goût, ne prenez aucun risque.

Concernant le fait de réchauffer les plats, j’en profite pour vous dire d’éviter le plus possible le micro-ondes et les autres cuissons à trop forte puissance. Préférez les cuissons douces. En effet, ce serait dommage d’avoir mis en place une organisation de la sorte et « d’abîmer » les aliments au moment de les réchauffer.

Quelques basiques

Même si le but n’est pas manger systématiquement la même chose, il y a quelques aliments de base que vous retrouverez très certainement assez régulièrement tels que le quinoa, les lentilles, une bonne poêlée de légumes voire une soupe qu’elle soit chaude en hiver ou froide une fois les beaux jours venus. Pour les plus petits, vous pouvez également anticiper en préparant des compotes maisons, quelques energy balls ou un gâteau (recette de gâteau au chocolat).

Les avantages du batchcooking

On stresse moins

Faire ses courses au jour le jour c’est bien surtout pour les produits frais. En revanche, avec notre rythme de vie, cela n’est pas facile et n’est pas toujours envisageable. Avec le batch cooking, c’est déjà un stress en moins même si bien évidemment cela n’empêche pas d’acheter quelques fruits et légumes frais en pleine semaine.

On grignote moins

C’est assez logique. Lorsque l’on rentre chez soi, que la faim se fait sentir et que rien n’est prêt pour le repas, la tentation de grignoter pour patienter est forte. Et ça, c’est le piège : manger tout ce qui nous passe par la main et une fois le repas servi, être rassasié(e). Avec le batch cooking, le repas étant quasiment prêt, le problème ne se pose plus. Je précise que si vous rentrez tous les soirs avec une faim de loup, l’idéal serait bien évidemment de revoir votre modèle alimentaire afin de ne pas arriver dans cet état chez vous.

C’est une activité familiale

Pour une famille, l’idée est de mettre tout le monde à contribution. Cela permet d’initier les enfants à la cuisine, de leur donner de petites responsabilités d’autant qu’ils mangeront plus facilement quelque chose qu’ils auront fait et en seront très fiers.

On mange mieux et on appréhende la nourriture autrement

Comme dit plus haut, les grignotages avant le repas n’auront plus lieu d’être. De même, concernant la tentation de commander des pizzas ou d’acheter un plat tout préparé. Quand vous savez qu’un bon petit plat gourmand, sain et fait-maison vous attend, vous n’avez pas envie de manger du « tout fait ». Grâce au batch cooking, on réfléchit davantage au contenu de nos assiettes d’autant que lorsque l’on établit les menus, on a une vision globale de la semaine. Cela nous amène à prendre conscience des axes d’amélioration à mettre en place concernant notre modèle alimentaire.


On gaspille moins

En allant moins au supermarché qui plus est avec une liste de courses, nous achetons uniquement ce dont on a besoin. Cela fait du bien à notre santé évidemment mais aussi clairement à notre porte-monnaie. Je rappelle que les plats industriels sont proportionnellement très chers et d’une qualité moindre, donc autant dépenser votre argent plus intelligemment.

Le petit point négatif

Oui, il y en a. La perte vitaminique est un point faible du batch cooking. En effet, les fruits et légumes stockés au frigo perdent un peu de leur teneur en vitamines, notamment en vitamine C.

En tant que nutritionniste, il est évident que l’idéal serait de vous dire d’acheter le plus frais possible. Certes, mais cela n’est pas toujours possible. Je préfère donc vous conseiller de mettre en place le batch cooking quitte à avoir une petite perte vitaminique plutôt que vous continuiez à acheter des plats tout préparés voire que vous en arriviez à manger un bol de céréales le soir….

En conclusion, je souhaite vous rassurer sur deux points. Sachez que vous allez probablement avoir besoin de quelques semaines pour être parfaitement à l’aise avec cette technique, il faudra trouver votre rythme et peut-être trouver votre propre organisation. Cela est parfaitement normal. Rappelez-vous qu’en adoptant le batch cooking, vous allez prendre du temps pour en gagner les jours suivants. Enfin, j’insiste aussi sur le fait qu’il faut laisser place à un minimum de spontanéité et ne pas devenir trop rigide. Le but est de se simplifier la vie, en aucun cas qu’elle ne devienne encore plus compliquée !

Karen Hayot

102 vues